Actualités Matchs PACA

#PNM GRASSE LE COUP PARFAIT

La forteresse de Beaulieu est tombée. Le Team Grassois n’avait pas d’autre alternative que de renouer avec la victoire, au risque de se retrouver dans de sales draps. Un déplacement qui rapporte donc gros. La Green Team a joué très juste, ne pouvait mieux faire pour se relancer au terme de cette 10e journée de phase « Retour ».

Ils ont pourtant craint le pire lorsque ce diable d’Enzo RODRIGUES le meneur Berlugan (équipé d’un masque suite à un choc en U20) enflamme ce premier QT. Beaulieu fait la course en tête dans ce QT1 (21-15).

le second QT, Beaulieu impose sa loi, avec force et maîtrise. (31-19, 15′). Une intensité qui a eu vite fait d’être étouffer par les nombreux coups de sifflet. Et si ce choc n’a finalement pas été aussi spectaculaire que prévu, c’est sans doute parce que Grasse n’a pas été poussé dans ses retranchements. (33-30) à la fin du QT2.

un gros match de Florian FEREIRA à l’image de toute l’équipe

Une fois de plus, c’est la traction arrière de Grasse qui ne s’affole pas avec un Florian EL QUAROUNI revenu à son plus beau niveau épaulé par Matthieu MORETTI et le joker de cette équipe « Alex » FATTAH. Grasse résiste et Beaulieu lance des offensives avec Alexandre NARDINI et Sylvain BONY. (48-45) à la fin QT3.

« Alex » FATTAH en mode guerrier
Ivan SIVIERI

Un dernier QT plutôt houleux qui a viré à la confusion. Le coach de Beaulieu n’avait pas apprécié quelques détails, ce dont il n’a pas fait mystère à la fin de la rencontre. Beaulieu a pourtant tenté d’imprimer une défense physique, insuffisant pour freiner les Grassois. Mais Beaulieu va connaître un trou d’air (48-48, 34′), Grasse joue juste, Alan SEMERIA verrouille sa défense en allant agresser son adverse. (51-62); Et si le collectif Berlugan était supérieur à celui des Grassois, celui-ci s’est stoppé net d’un coup. La suite c’est un écart +9 pour les visiteurs. Mené au score presque toute la partie, sans jamais être distancé, Grasse empoche une belle victoire, l’ADN de cette équipe Grassoise est revenu au plus mauvais moment pour Beaulieu.

Alexandre NARDINI dans les airs face au mur Grassois

Laisser un commentaire