Actualités Matchs Région

#PNM NICE était si proche !

Partis de très loin dans ce championnat, les Niçois ont fait trembler le leader Marseillais jusqu’à la dernière minute sans pouvoir arracher la décision à l’arrivée. (68 à 72) De quoi nourrir de gros regrets … 

Ca c’est joué à rien. Un shoot de Lucas GUIRAO à trois points qui rentre pour le SMUC et celui à 3 Pts de Jean LOUCHET qui fait gamelle. Un ou deux coups de sifflets de l’arbitre. Et puis, il faut dire, une belle pincée de sang-froid. Menés d’un point à 30 secondes du terme, les Niçois espéraient avoir les idées assez claires pour renverser le SMUC et son invincibilité. Mais il n’en fut rien. 

Et pourtant les Niçois attaquent cette rencontre le pied au plancher. Le trio LOUCHET- PAULET- BAH est en réussite mais la défense flotte un peu comme les adversaires Phocéens (17-12, 5e) qui fait pester le coach Marseillais. Battus dans les duels et au rebond, les Niçois lâchent des possessions et manquent des tirs ouverts. Le SMUC en profite pour revenir (18-16, 8e). Les deux équipes sont embarquées alors dans un match d’attaque, les hommes de Johnny profitent d’une belle adresse à 3 Pts  mais peinent à stopper le duo CANTINOL – GUIRAO. Et comme les rotations Marseillaises s’y mettent aussi, les affaires se compliquent (23-23) à la fin du 1erQT. 

Une pause qui fait le plus grand bien aux Phocéens qui retrouvent rythme et confiance à la reprise. Porté par un Jessy CANTINOL inarrêtable, Marseille revient souffler sur la nuque des Niçois (29-36, 13e). D’autant que Jessy CANTINOL vole au-dessus de la défense locale (36-44, 16e). Les Niçois essayent de revenir (47-46) à la mi-temps. 

A la reprise, il fallait s’employer et charbonner face à la bande à Laurent NICOLAS. Mais les Niçois n’ont pas tout de suite réussi à prendre les commandes du match. Avec un Abdallah BAH adroit, Nice cherche a imposé le tempo et Marseille s’accroche dans le sillage d’un Maxime BONNET (46-52, 25e). Mieux valait ne pas laisser l’écart se creuser. Les hommes de Johnny l’ont bien compris et ont réussi à hausser l’intensité (53-60) à la fin du 3eQT. 

Par le biais d’un coup de boost en entame du dernier QT, les Niçois sont revenus et ont gommé leur retard en un rien de temps. (61-66, 33e) puis Marseille se donne un petit matelas d’avance pas négligeable à mi parcours du dernier QT mais pas suffisant pour autant. Seul un QT de haut niveau pouvait sortir les Niçois de ce mauvais pas. Et pourquoi pas ? Les deux équipes ont mis tout ce qu’elles avaient sur le parquet. Le cœur, les tripes et le courage à l’image d’un Karl BAQUE venu placer un contre monstrueux sur le massif Jessy. (68-69, 39e). La suite ? Nice n’avait plus qu’à s’en remettre à un coup de génie. Et Marseille réussir un tir primé euphorique et surtout synonyme de la place de leader. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *